Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Une bodéga occitane aux fêtes de Dax

lundi 25 juin 2012

"Que serà l’endret tà viéner cantar a l’estanquet, tà dançar, mes tanben tà béver un còp. Dens la gaujor de la hèsta, tots los hestaires que seràn los planvienguts « Au pit »."


Voir en ligne : http://www.in-oc.org/oc/actualitats...

Partager

Grans de sau

  • C’est quoi une bodéga occitane ??? On y boit de la sangria occitane ???

    • Merci à l’occitaniste de service de participer si poétiquement au dialogue des cultures ! Toujours l’invective, et l’insulte, jamais aucune argumentation ! C’est pitoyable ! A côté de l’humour béarnais et gascon on ne trouve que morne plaine occitaniste ! j’aimerai Miqueu de Arroseras que tu me foutes la paix une fois pour toute, ici comme ailleurs ! Tu es sûr de tes convictions, tant mieux ! Je ne veux pas prêcher des convaincus ! Laisse au moins le choix aux autres d’en avoir d’autres ! Si n’éy poupat dou leyt dera saume, tu qu’ès plâ toucat dera cerimane ! Alabéts dèche-m picha en patz ! Finalement, ce genre de propos finit de me convaincre que la connerie est bien génétiquement occitaniste ! Ce n’est pas bon de se faire bercer trop près de la croix toulousaine ! les boules font mal !

      Sie hardit dap lous Pagalhos praube couilloû !

    • E tu qué las counéches dé plan a las saumes permou qu’és un asou dous bèts !

    • Que’s caleré apatzar un chic (medish si los patacs verbaus e pòden estar saborós) !

      Lo moderator / lou moudératou

    • Plâ soulide ! Mes n’ey pas demandat arre sinoû de sabe ço qu’ey ue "bodega occitana". At die de oey n’ey pas abut nade respounse...Qu’ey tabé demandat à l’Inoc à Billère-Vilhèra, eth tapoc n’a pas poudut respoune ! Asou que souy, asou qu’em demouri ! Hi han, hi han...

    • solida que soi un aso, e qu’en soi fier permor aciu en’ras pirineas que n’ia deus berois...
      Per contre que m’agradere de saber qui m’insulta atau trop aisit de no signar e demora esconut !!!
      miqueu arrosères un pagalhos colhon..

    • Je tiens à signaler 2 points importants pour en finir avec ce débat stérile et bête d’anti occitanisme primaire ridicule (car je suis béarnais et connait très bien ma culture locale surement plus que certains qui veulent défendre le vrai béarnais....)
      Tout d’abord c’est Casa qui a commencé avec ce sous entendu sur la sangria occitane , il savait très bien ce qu’il écrivait, d’autres parts je ne l’ai pas insulté comme lui l’a fait je n’ai utilisé qu’une expréssion très locale du béarn qui exprime la bêtise mais sans méchanceté.
      Par contre malgré ma bêtise et l’atrophie de mon cerveau lié à un accident de poussette, je continuerai a me battre contre les contre vérités, les mensonges véhiculés par l’Ibg ici en béarn ça c’est sur.

    • Les Pagalhos pour ce que ça intéresse seront présents à cette bodega et chanteront des chansons occitanes du béarn...
      De belles chansons traditionnelles et on en connait pas mal..si l’ibg est intérressé on peut les former car même en vrai béarnais on en connait pas mal...

    • Moussu Casa, qu’ère a l’aute qui disi qu’ey un aso, pas a bous.

    • Hé bien Casa moi je vais répondre à ta question c’est quoi une bodéga Occitane, bodéga terme hispanique qui qualifie un endroit ou l’on boit et ce restaure d’une manière festive, j’avoue qu’estanguet aurait été plus approprié c’est vrai je te le concède.
      Estanguet occitan cela aurait été plus culture locale.
      pourquoi occitane, parce que cette buvette ou bodéga est tenue pendant les fêtes par une association qui tout le long de l’année fait la promotion de la langue occitane avec comme forme parlée locale le gascon sur le territoire landais.
      Comme nous qui promouvons l’occitan du béarn avec sa spécificité gasconne et même les différents parlés ici en béarn, on ne parle pas tout à fait pareil en Ossau qu’en Aspe etc..
      je ne vais pas refaire ici le plaidoyer de ce qui nous oppose, la langue d’oc ou les langues d’oc.
      Tu sais très bien que nous ne sommes pas d’accord sur ce terme Occitan.
      Moi je tiens seulement à dire qu’une langue suivant le nom dont on la nomme soit on l’enferme avec tout ce que cela comporte sur un territoire précis comme Béarnais soit on l’ouvre à l’ensemble de territoires avec la richesse que cela représente et on l’appelle dans ce cas Occitan.

    • Illustre inconnu mystère qui n’a pas le courage de citer son nom et qui me traite d’âne sache une chose drin que va trop que harta !!!

    • A you qu’éy la tou pégaou qui’m harte e qu’és tu qui as couménçat las énsurtes en bét dise a moussu Casa dé qué poupabe léyt dé saoume, balént a dise qu’ére un asou. Qui souy n’a pas nada impourténce més qu’ém casi bésis. Sé né bos pas qué’t déssin pou nas qué’t caou cara é décha d’asouléya. Cante més né parlis pas.

    • Dax, c’est l’occasion de sensibiliser la jeunesse au fait local. A force de ne pas employer dans la sphère semi-publique le terme de gascon, quand il devrait être évident, vous allez aboutir à sa disparition totale des esprits ... Le terme occitan n’a aucune valeur ajoutée dans le contexte de Dax, il y a quoi de limousin, de provençal ? Rien. Il y a quoi de gallo-roman méridional ? On est vraiment face au dernier avatar de la culture gasconne festive (que l’on partage avec les Languedociens, oui), pourquoi employer le terme "occitan", réalité linguistique difficile à appréhender, dans de pareils contextes ? Vous voulez bien faire mais ce sont de graves erreurs stratégiques ... Je suis désolé de voir combien vous jouez aux apprentis sorciers. Faites simple. Sinon, vous aboutirez à ce que se diront "occitans" les pauvres hères nouveaux locuteurs (quelques milliers de personnes en France) tandis que le gros des gens s’identifiera à son département, à sa ville, mais surtout à la France.

    • Adishatz a tots,
      Effectivement affirmer une identité Gasconne forte aujourd’hui avec le recul ne me semble pas bête du tout.
      Le moment de malicia passé, j’ai lu un autre commentaire de Casa sur le côté gascon des fêtes de Bayonne, avec de l’apaisement, écrit même dans la graphie qui est enseignée dans nos écoles, apaisement donc, respect des autres et soucis de mesclanha malgré nos désaccords.
      Si je l’avai lu avant je n’aurai pas écrit ce que j’ai écris concernant la bodéga occitane, s’il le veut bien je lui présente donc mes excuses.
      C’est vrai que nos luttes intestines concernant essentiellement la graphie et le terme occitan n’intéresse que peu de monde.
      Nous sommes en train de nous saborder et je constate que nos chers politiques comptent les points et ce satisfont pleinement de ces querelles pour justifier un "rejet" culturel pourtant légitime.
      Donc ce retrouver autour d’une âme Gasconne oui mais attention a ne pas s’enfermer dans un intégrisme passéiste comme le fait l’IBG en Béarn avec le Béarnais c’est au moins aussi mal ressenti ici que d’employer le mot occitan a tout va.
      Une chose est sure par contre ici en Béarn je n’ai jamais entendu dire ou rarement les anciens (grand père, grand mère, même ma mère) dire je parle béarnais ou occitan mais "que parli patoes"
      Passats tots un bon dia.
      miqueu

    • car vesin, que cau saber totun que ia paraulas de cantas que pertocan mei que devis deus horts !!!
      E au maugrat d’eras tuas menacas que voi continhuar a devisar e cantar solida tanben.
      au plaser.

    • N’ès pas aouta pèc qui abérém crédut ! Lous ouccitas é lous dé l’IBG ou dé Biar toustém ataou parié, arré a saouba !! Qué sé n’anin aou diatse !!

    • Nou, ouccitas, IBG, Biar toustém é aoutes, touts qu’an ue place aciou !

      Eth moudératou / Eth moderator

    • Il faut éviter les guerres de religion.

      Le message initial de "Casa" pointait la dénomination "bodéga occitane".

      E qu’ei vertat : "bodéga occitane", ne va pas, quan "estanquet gascon/gascoun" èra, pensi, hòrt indicat.

      Le contenu de cette "bodéga occitane" est prometteur, et j’espère y faire un tour, bien que son nom m’énerve franchement (mais sera-ce le nom officiel ?).
      Le fait que Miquèu y aille avec les Pagalhos est une référence ! Mais hilhdepute, dans notre combat, les mots et les noms sont d’une importance cruciale !
      Aussi bien "bodéga" (avec en plus l’accent tonique à la française) que "occitane" posent problème.

      Je suis comme d’habitude d’accord avec le commentaire de Vincent. L’Occitanie définit selon les occitanistes eux-même un vaste ensemble de régions qui inclut l’Auvergne, la Provence alpine, le Limousin, la Guyenne... On n’est même plus dans le régional, mais dans l’interrégional ou dans une ébauche de nation alternative à la nation française.
      Pourquoi pas, mais est-ce le sujet aux fêtes de Dax ?
      Va-t-on chanter ou parler limousin ou vivaro-alpin dans cette "bodega" ? c’est bien peu probable... Il y aura du français et un peu de gascon (ce dernier surtout en chanson).
      Et le but premier devrait être à mon avis d’établir une connivence avec les gens du coin et de la région... quelle région ? la région géographique et humaine qui sera le plus représentée à Dax, donc... le triangle gascon, même si on vient maintenant de toute la France à Dax, mais alors là, l’Occitanie est aussi hors sujet.

      A Dax, l’an passé, j’ai mangé et chanté un moment avec "Los Esclatats" d’Ondres, à la terrasse d’un restaurant. Un homme qui avait la cinquantaine s’est arrêté, intéressé : "ah, vous chantez en patois !".
      Revenons sur terre !

    • BODEGA OCCITANE !!!! La négation absolue du fait gascon. Quels crétins ces occitanistes !!! Il n’ont aucune sensibilité ethnique, aucune communion avec ce qui reste du peuple gascon !!! Vraiment des c...!!! Des bobos méridionaux !!!
      Les espagnoleries à la sauce occitane !!! Beurk, beurk et trois fois beurk !!! Qu’ils aillent vomir leur sangria et leur pastaga à Marseille, Toulouse ou Montpellier !!! Traitres à la patrie !!! Français à l’huile d’olive !!! Bachi Bouzouks !!! Ectoplasmes !!! Crétins des Alpes !!! Sagouins !!! Moules à gaufres !!!
      PITIE, FOUTEZ LE CAMP AVEC VOTRE CROIX A LA NOIX !!!

    • Nous nous sommes un peu trop emballés.
      "Bodéga occitane" est l’expression utilisée pour qualifier cet estanquet par la brève que j’ai répercutée, qui venait de l’Institut Occitan.

      Mais relisant la brève de Gasconha.com que ce forum commente, je retrouve la mention "Au pit" et me rappelle que c’est le nom choisi (et plutôt bien trouvé, je trouve) pour l’estanquet.

    • rien que pour entendre les Pagalhos je ferai un tour à cette bodega. J’ai un excellent souvenir d’un carnaval béarnais à Pau il y a deux ou trois ans pendant lequel je m’étais réfugié du froid intense dans un café près des halles avec ma femme et ou nous avons eu le bonheur de voir rentrer cette joyeuse bande de festaires qui nous ont régalé de chansons superbes dans un anonymat et une simplicité remarquables. Votre C.D "la Sobirana" est remarquable Miqueu et je l’écoute souvent et celà me rapproche de mon país moi qui suis un gascon vivant en bretagne.
      Bravo pour votre action permanente en faveur de notre langue que je pratique un peu mais que je ne domine pas assez pour l’utiliser sur ce site.
      C’est vrai que c’est dommage que les personnes qui profèrent des insultes n’aient pas le courage de se nommer.
      Au plaser de vos encontrar à las hestas de Dax
      coraument
      J.P.D.

    • mercès hera deth voste homenatge qu’em pertocar hera.
      au plaser des veder donc a l’estanguet deu pit a dacs
      amistats pagalhosas

  • Tout cela me fait penser que quelqu’un a écrit sur ce site, le 18-05-2011, un articulet intitulé Histoire de croix en Gascogne où il est question de "la croix de Saint-André de nos ânes", patriotes à leur façon, les pauvres.
    Penser aussi au jurançon Château-Lapuyade de Cardesse, qui peut chauffer les têtes et les réconcilier j’espère.




Un gran de sau ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Le drapeau de la Gascogne