Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Domolandes inauguré à "Atlantisud", Saint-Geours de Maremne

lundi 3 octobre 2011

Extraits du compte-rendu euphorique de Aqui.fr :

"Résultat d’un partenariat fort entre le Conseil général des Landes et la Communauté de Communes de Maremne Adour Côte Sud (MACS), cette nouvelle structure baptisée Domolandes, porte haut et fort ses ambitions : « devenir un des pôles référents de la construction durable en France »."

"Autant de qualités qui ont un coût : bâtiments et équipement confondus, l’infrastructure a une valeur globale de 7 millions d’euros, financée à 60 % par le Conseil général, à 25% par la Communauté de Commune MACS, à 10% par l’Europe et à 5% par la Région."

A suivre donc avec soin, vu l’ampleur des fonds publics !

L’engagement vers le développement durable est-il compatible avec l’installation dans cette méga-zone d’activités qu’est Atlantisud, prise sur la forêt landaise, où on viendra travailler en voiture, puisque la zone tourne le dos à la voie ferrée Dax-Bayonne ?

C’est aussi le destin de l’ensemble du projet "Atlantisud" qui est à surveiller.
Le positionnement de cette "pépinière d’entreprises de 300 hectares, avec à la clef entre 2 500 et 3 000 emplois" [1] entre Dax et Bayonne (plus près de Dax, mais Bayonne a plus de poids [2]) va dans le sens d’une vaste aire urbaine incluant les deux agglomérations.

Or, il n’y a manifestement guère de concertation entre les autorités sud-landaises, qui portent le projet, et le BAB (et encore moins peut-être avec "l’eurocité basque")...


Voir en ligne : Domolandes : le grand espoir industriel de la construction durable inauguré dans les Landes (Aqui.fr)


[2le projet Atlantisud argumente sur sa proximité avec le port de Bayonne-Le Boucau

Partager

Grans de sau

  • J’avais visité Domolandes en avant-première (9 juin) et avais dit, je crois, tout le bien que m’inspirait a priori cette création ; je continue à le penser.

    Quant à la situation isolée appelant des trajets en voiture, je rappelle que St Geours devrait accueillir une grande gare LGV ; les deux projets sont donc à mettre en parallèle.

    Toutefois bien qu’un pôle d’excellence bois me paraisse justifié au sud du massif landais, je suis très réservé sur le projet de TGV/LGV (voir autres échanges là-dessus) et encore plus sur les rêves de conurbations géantes.

    Je recommande à ce sujet le décapant livre de Jean Marc Jancovici "Changer le monde, un vaste programme", qui n’y croit pas non plus, en raison de l’inéluctable montée du prix de l’essence d’ailleurs, rendant d’après lui toutes ses chances au "très proche" rural et para-rural...
    Puisse-t-il avoir un jour raison !

    • Il faut distinguer deux choses :

      • Domolandes, "pôle d’excellence" pour la construction durable,
      • Atlantisud, qui est la zone d’activités géante où Domolandes trouve sa place.

      J’ai posé la question de la conformité du choix de s’installer à "Atlantisud" pour un pôle à prétention écolo. Pour moi, le genre "Atlantisud" est le contraire de l’écologie, notamment par son gigantisme, sa consommation d’espace naturel, sa situation loin des zones habitées et loin du transport en commun par rail (l’hypothétique gare TGV n’amènera pas les travailleurs du quotidien)... bref, c’est encore un projet de la civilisation du pétrole.

      Mais Gasconha.com n’est pas un site centré sur l’écologie, donc je propose de ne pas trop discuter ici là-dessus. Pas plus que sur la question des financements publics importants attribués à ce genre de projets.

      Par contre, ce qui concerne vraiment Gasconha.com, c’est que ce projet Atlantisud, vu sa situation, va dans le sens d’une conurbation Bayonne-Dax : un espace s’étalant sur des dizaines de km, entrelardé d’autoroutes, de zones commerciales, de zones d’activités, de lotissements...

      C’est donc la géographie de ce coin de Gascogne que nos hommes politiques "landais" sont en train de bouleverser.
      Le projet de gare TGV à Saint-Geours de Maremne, censée aussi desservir Dax, le confirme : ils veulent un pôle urbain à l’ouest de Dax.
      Mais comme ce pôle urbain touche l’aire urbaine de Bayonne, c’est bien une grande conurbation Bayonne-Dax qui en résulterait.

      Pour la géographie gasconne, ce changement projeté, et déjà en marche, est important : Bayonne, contrairement aux plans de l’eurocité basque, s’ancrerait en Gascogne, se développerait vers le nord plus que vers le sud, vers Dax plus que vers Irun-Donostia.

      Ce grand Bayonne-Dax, on ne pourrait plus le dire (abusivement) basque. Il serait totalement basco-landais (pour nous, "vascon"), très aturin (une métropole du Bas-Adour).

      Je note aussi qu’en poids de population, cette aire urbaine dépasserait de loin celle de Pau. Le troisième angle du triangle gascon Bordeaux-Bayonne-Toulouse serait renforcé.
      Cela n’empêcherait pas, cependant, de promouvoir Pau comme capitale gasconne.

      Bref, d’un point de vue identitaire gascon, Bayonne-Dax, ce serait plutôt bon : ça nous permet de "récupérer" Bayonne !. Mais le prix à payer en environnement et en identité locale (Maremne, Seignanx... noyés dans la masse) est sans doute trop élevé.
      Mais le rouleau compresseur est en marche.
      Au fait, les décideurs landais voient-ils venir la conurbation Bayonne-Dax ? A mon avis, non : ils veulent seulement faire leur conurbation Sud-Landes, sans beaucoup de concertation avec le BAB.
      Le projet de gare LGV à Saint-Geours, à une trentaine de km de la gare LGV de centre-ville prévue à Bayonne, est un exemple des incohérences et gaspillages qui surgiront de ces méga-projets à courte vue.

    • Je suis tout à fait d’accord avec la lecture que fait Tederic d’Atlantisud.
      Je crois que nos collectivités locales abordent l’avenir avec des lunettes faussées :
      - elles prolongent les tendances existantes depuis des années sans s’interroger si les modèles suivis ne vont pas devoir brutalement être modifiés voire inversés pour des raisons techniques, géopolitiques ou autres (ici en effet, cette création est en pleine "économie carbone" condamnée à un terme assez proche) ;
      - elles ne pensent que le quantitatif, pas le qualitatif ; par exemple elles décident à un horizon X que le nombre total de leurs habitants doublera ou triplera sur la base d’obscures études souvent dépassées et dont elles ne contestent pas les bases (mais qui flattent la volonté de puissance des élus) ;
      - après cela c’est le volontarisme à outrance : tout doit suivre surtout si le développement est supposé se financer sur budget public (mais c’est de moins en moins possible et les réveils peuvent être douloureux !).
      Par exemple on multiplie les équipements parfois somptuaires pour attirer les nouveaux habitants espérés (car on travaille moins pour les enfants des habitants actuels que pour les nouveaux-venus attendus, bien entendu ) :
      sauf erreur, à côté d’Atlantisud a été construite par la Communauté de communes un gigantesque complexe aquatique (piscines, bains à remous dans tous les sens, etc...) guère justifié par la situation démographique actuelle de la commune ou même par un relatif développement futur éventuel.
      Bref une fuite en avant navrante réalisée sans réflexion ni concertation et qui, comme le note Tédéric, risque d’aboutir à des conséquences totalement imprévues par les audacieux promoteurs si ce n’est tout simplement demain à une belle friche pré-industrielle.
      Et qui en plus risque de faire chavirer le bon projet Domolandes...

    • Centre aquatique Aygueblue... Il faut reconnaître que, pour une fois, le nom est bien choisi !

    • www.aygueblue.com :

      "Un équipement de la Communauté des Communes Maremne Adour Côte-Sud (MACS)

      À vocation éducative, sportive et ludique, AYGUEBLUE accueille les clubs et associations de MACS, les scolaires comme le grand public avec l’ambition de rendre les activités aquatiques accessibles à tous. Cet équipement est un vecteur de dynamisation de la vie locale sur un territoire où la demande en infrastructures de ce type est considérable, et il permet d’optimiser l’offre touristique de la Communauté de communes.

      AYGUEBLUE est implanté dans le Parc d’activités Atlantisud qui sera à terme la plus importante zone d’activités entre Bordeaux et l’Espagne. Située en bordure immédiate de l’autoroute A63, cette zone accueillera 3 000 à 5 000 emplois dans les années à venir."

      La connexion entre "Aygueblue" et la méga-zone d’activité Atlantisud est donc limpide comme de l’aÿgue blue...

      Le but est sans doute de faire d’une pierre deux coups :
      - satisfaire les besoins d’équipement en piscine pour apprendre à nager,
      - recevoir des baigneurs touristiques par l’autoroute.

      Je me suis naïvement demandé s’il y avait des sources d’eau chaude à Atlantisud. Apparemment non, il n’en est pas fait état.

      Donc, on a construit un centre aquatique ludique à partir de rien (sauf l’autoroute), qui ignore superbement Dax la 1ère ville thermale de France et ses eaux chaudes naturelles à une douzaine de km, et aussi Tercis-les-Bains et les Bains de Saubusse [1], encore plus proches...

      Autre chose : "la plus importante zone d’activités entre Bordeaux et l’Espagne" ! Rien que ça ! Atlantisud vise "3 000 à 5 000 emplois". En comptant les emplois indirects et les enfants, ça doit bien faire 25 000 à 30 000 habitants induits [2]. Qui sont-ils ? sont-ce les enfants de la MACS qui vont prendre les emplois, ou des gens venus d’ailleurs ? Où va habiter tout ce monde ? C’est quasiment un projet de ville nouvelle !

      Je disais que Gasconha.com n’est pas centré sur les questions d’écologie ou de finances publiques. Mais s’il faut rappeler l’histoire et la géographie, nous serons là !

      [1Saubusse fait pourtant partie de la MACS

      [2Population de la MACS : 53 534 hab. (2007)

    • J’essaye de comprendre la mécanique de cette frénésie de construction "carbonnée" et d’urbanisation diffuse, qu’on retrouve peu ou prou ailleurs, mais dont on tient ici un exemple remarquable.

      Qui est moteur ?

      - La MACS (communauté de communes Maremne-Adour-Côte-Sud) ; le nom avec "Côte-Sud" ajouté au bout est révélateur d’une orientation marketing. Elle a un jeune président, que des opposants taxent de mégalomanie. Elle connait une croissance de population très rapide.
      - Le Conseil Général des Landes et son président Emmanuelli
      Entretien avec "Sud-Ouest" : « Je suis optimiste pour les Landes »
      Atlantisud : Emmanuelli répond aux attaques des commerçants (sur le site de la MACS, mais semble transcrire un entretien avec "Sud-Ouest")

    • Je pense que l’origine est en effet du côté du jeune président de MACS (ou plutôt Max puisque c’est ainsi qu’il prononce dans le youtube des voeux de "MACS" en 2011).

      Pas de doute qu’il puisse en retirer, en cas de réussite ou quasi réussite, un grand bond en avant de sa carrière politique : conseiller municipal de Capbreton, il est aussi chercheur au CNRS de Bordeaux, spécialiste des élus locaux et co-auteur d’un trombinoscope des députés français (à moins qu’il s’agisse d’un homonyme, ce dont je doute).

      J’ai donc un peu l’impression qu’il connait bien le marché... On verra.

      Il annonce fièrement en tous cas que Macs capte un bon pourcentage des néo-arrivants dans les Landes chaque année et ambitionne donc d’augmenter la population des 23 communes à 77 000 habitants...

      Venant apparemment lui-même de Lille (d’après Linkedin ou Facebook) j’ignore s’il s’est un peu gasconnisé, en tout cas, ça ne s’entend pas.

      Internet apprend que s’est créée une association d’opposants, Macs Initiatives, dénonçant ses investissements coûteux et d’après eux, fort peu utiles : Aygueblue, bien sûr mais aussi une cité culinaire, la fibre optique, etc...
      J’attends de voir l’évolution des impôts locaux...

    • Une illustration de plus des raisons pour lesquelles j’en viens à vomir la décentralisation à la française :
      mégalomanie des élus, keynésianisme ruineux à deux balles, intégration sur le modèle administratif parisien (le moindre chef-lieu de canton raisonne comme une préfecture), et enfin, j’ose le mot, colonialisme démographique contre lequel nous devons nous élever maintenant, au risque de paraître pour d’immondes fascisants, ce n’est pas grave, ce qui l’est bien plus c’est la prise en otage d’institutions destinées à oeuvrer pour le bien public local des habitants, transformées en start-ups débilisantes pour entrepreneurs de la politique. La crise, vite !

    • En effet, Crise signifie aussi passage (un peu violent et difficile ...).

      Reste à imaginer et construire d’autres types de réalisations, d’entreprises, avec une autre logique respectant l’"écologie" des régions et des peuples concernés.
      Ce qui supposerait sans doute de les laisser à la place du conducteur et de reconnaitre aussi les nécessaires régulations pour empêcher les dérives de cette douteuse "décentralisation à la française".
      Facile à dire, qu’at séi !

  • Dans un article récent de "Sud-Ouest" sur le projet GPSO (les LGV du "Sud-Ouest", en fait quasi-totalement gasconnes sauf en Pays basque), je trouve ce paragraphe :

    "Deux nouvelles gares seront créées dans le cadre de ce projet GPSO. À Saint-Geours-de-Maremne (40), le projet de halte pour les services régionaux à grande vitesse (SRGV) a été voulu par les élus. Elle sera construite dans la zone Atlantisud, aujourd’hui dédiée à la logistique et consacrée demain au commerce. Située en bordure de l’A 63 Landes, cette halte a vocation à desservir les stations littorales landaises. Son potentiel de voyageurs est estimé à 100 000 par an. Comme à Captieux-Escaudes, dans le Sud-Gironde, il n’y aura pas d’arrêt TGV, car les quais ne feront que 250 mètres de long contre 400 pour les gares TGV."

    Du passage que j’ai mis en gras découle que le projet initial de zones d’activités logistiques, voire industrielles et financées par le Département des Landes au nom de la réindustrialisation, vire au méga-centre commercial.

    On aura une halte TGV pour faire du shopping !

    Quant à la desserte des stations littorales landaises par le train : la gare TGV de Dax, avec correspondance TER vers le chapelet de villes de Maremne, dont Labenne, ferait très bien l’affaire !

    Pour être juste, il y a bien un volet industriel à Atlantisud, puisqu’on vient d’y inaugurer "Domolandes" (c’est le point de départ de ce hiu de discussion).
    Il y a aussi un volet "loisirs" avec "Aygueblue".
    Deux interprétations :
    - On avait prévu un parc logistique et industriel, mais ça ne marche pas fort, et on fait du remplissage avec n’importe quoi.
    - On a ambitionné dès le début de faire une sorte de ville nouvelle. Il ne manquerait plus alors que le volet logements, services publics...
    Mais cela n’a jamais été affirmé ni discuté.
    Je penche plutôt pour la première hypothèse.

    Incohérence, gaspillage... Pauvre Maremne (pardon : pauvre MACS), qui joue au riche !

    • On commence par annoncer du technologique, de l’économie numérique, etc.... et on se retrouve, pour sauver la mise des élus, avec Auchan et des magasins d’usine.

      Cela se lit très clairement des interviews et communiqués des élus sponsorisant le projet.

      Sans commentaires, n’est-ce pas ?
      Domolandes mis à part, s’il peut prospérer dans ce genre d’univers.

    • A lire (je n’ai vu que l’annonce sur leur "newsletter" internet) un article du mensuel Aquitaine -Objectif (ou l’inverse !), sur 4 projets de centres commerciaux discutés en Aquitaine du sud ("après le trop plein du printemps, le temps des recours ?").
      Outre Atlantisud, je supppose qu’on y évoque le cas de St Martin de Seignanx où le CG favorise entre autres l’implantation d’un méga Auchan à la fois pour éviter que les Landais du sud-ouest partent faire leurs gros achats dans le BAB (où est le problème ? dans la remplaçante de feue la taxe professionnelle ?) et pour combattre ce qui est présenté comme le monopole de Leclerc dans la région (peut-être bien réel, je n’ai pas vérifié).
      Bref, ça bouge en coulisses !

    • C’est malheureux qu’il faille attendre le salut d’une instance nationale, alors que la Commission départementale avait dit oui, elle ! J’ai lu ailleurs que le Conseil Général des Landes, lui, dit oui à tous les projets de création commerciale.

      Mais resituons ce débat par rapport au thème gascon :

      Une urbanisation à l’américaine de la zone encore partiellement rurale entre Dax et le BAB est ambivalente par rapport à la Gascogne :

      • l’émergence d’une conurbation Bayonne-Dax peut remettre Bayonne en Gascogne (encore faudrait-il accompagner adroitement ce mouvement, sinon, c’est Dax qui risque à son tour d’être basquisée au moins en apparence).
      • Mais une arrivée massive de population dans ce secteur risque de noyer les gascons natifs, alors même qu’il y a par là une certaine conscience gasconne, qui se manifeste notamment par des associations, chorales, cours de gascon...
      • le "village des marques" projeté ne serait sans doute pas porteur pour les produits locaux ou régionaux, puisque "les marques" sont plutôt issues de la production mondialisée. Faire une foire de Gascogne, ou un village gascon, pour encourager les productions régionales serait à considérer, mais surtout pas à Atlantisud, qui soufre d’un vice fondamental : emplacement uniquement autoroutier, qui gaspille l’espace landais.

      Enfin, d’accord avec Gérard : cette offensive landaise pour disputer des clients au BAB est dérisoire. C’est de toute façon reconnaître ou confirmer l’existence d’un bassin de vie commun. L’argent départemental "landais", doit-il servir à ça, et l’action de nos élus landais ?
      J’aimerais par contre un peu plus de réflexion sur cet afflux de population annoncé dans le "Sud Landes" : part des retraités et des actifs (s’il y a des actifs, où vont-ils travailler ? ne serait-ce pas dans le BAB, justement ?)

      Voir en ligne : Projet commercial de St Geours : c’est non ! [La Rép. des Pyrénées]




Un gran de sau ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Le drapeau de la Gascogne