Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Dax, vendredi 10 août : La hesta des Landes !

dimanche 5 août 2012

Mais les hestes de Dax s’étalent du vendredi 10 au jeudi 16, avec une dominante thématique différente pour chaque jour.

Pour la première fois, et c’est bon signe, l’usage répété, dans le programme officiel, du mot "hesta".

Rappelons aux nouveaux venus de ne pas prononcer "hestà", mais "hèste" !

Si "hesta" pouvait se substituer peu à peu au mot "féria", et pas seulement à Dax...


Voir en ligne : La hesta des Landes !

Partager

Grans de sau

  • Mais quelle idée débile de ne pas écrire "hèste" dans une phrase en français ... On va se retrouver avec ce qui arrive pour la Section Paloise : les affiches de pub ont popularisé "Honha" ("Enfonce !"), aujourd’hui le Stade crie "Ougnàààà ! Ougnàààà !". C’est à chialer. Les occitanistes sont les plus grands crétins de notre histoire.

    • "heste" serait bien prononcé d’emblée, et donc beaucoup mieux adapté, mais c’est hétérodoxe graphiquement, donc ils (les occitanistes orthodoxes) le rejettent.
      Si la mayonnaise prend, ça risque donc, hélas, de lancer un mot monstrueux par son accent tonique déplacé : "hestà".
      C’est exactement le cas de "Honha".

      Mais à choisir entre "féria" (qui a d’ailleurs le même vice) et "hesta", je prends "hesta". Peut-être qu’il en sortira quelque chose en termes identitaires.

    • Vincent les occitanistes crétins connaissent le rugby et en particulier la mélée..Je préfère entendre Honha que poussez...
      De plus honha , on entend ou.. gna c’est normal tu le prononce comment toi le grand savant..
      De plus en deux temps car une mélée ce joue en deux temps forts ....(mais je doute que tu est déjà mis la tronche dans une mélée, ceci dit cela t’aurait fait du bien de prendre un petit coup de cabeilh ... )
      hé oui deux temps forts, rentrée et poussée donc ou..gna logique.
      SI les occitanistes sont les plus grands crétins de notre histoire je suit fier d’en faire partie, quand à toi ton égo surdimensionnés voir ton site fb te jouera un jour des tours...

    • Quand j’étais mioche, à Morlaàs, les bipèdes, dont je n’étais pas, prononçaient encore correctement "Ougne, ougne" (sans h aspiré néanmoins, "honha" en normalisé, "pousse"). La graphie alibertine des panneaux publicitaires a pour cause qu’un public non averti prononce aujourd’hui dans tout le stade du Hameau notamment les gamins "Ougnà, ougnà" (ce serait "onhà" en normalisé, ce qui ne veut rien dire).

      Je n’ai pas joué au rugby, bien que toute ma famille y ait joué depuis 3 générations et que je compte même des joueurs d’un bon niveau ou des dirigeants, parce que cela ne m’intéressait pas, que je vomissais l’esprit totalitaire insufflé par les rugbymen et que je suis bien content de n’avoir jamais été de ce monde quand je vois ce qu’ils sont devenus à l’âge adulte. Il y aurait à écrire sur l’avilissement des Gascons par le rugby ... sport qu’au demeurant j’aime voir jouer. Bourdieu a écrit des pages très intéressantes sur le rugby à Lasseube, comment les paysans méprisaient ce sport et restaient fidèles aux loisirs de l’ancienne sociabilité (les quilles notamment).

      Pour le reste, mon ego est en effet surdimensionné, il le faut au moins de cette taille pour contrôler le génie en moi. Haha.

    • A Capsius/Captieux, qu’escriven "heste" :

    • Quel gâchis : j’imagine le travail que les occitanistes ont dû faire pour faire passer ce "honha"...

      J’ai fait un petit enregistrement (en imaginant que je suis dans un stade) :

      MP3 - 60.9 ko

      qui fait entendre successivement "hougno" et "hougne" (les deux avec accent tonique sur "ou", et correspondant à la graphie alibertine "honha"), puis "hougnà" (accent tonique déplacé sur le "a" final) qui est une mauvaise lecture de "honha" et pourrait seulement correspondre à "honhar" (infinitif du verbe). Or, ici on ne doit pas avoir un infinitif mais un impératif : "pousse !"

      Ce "hougnà" est un monstre, une création mutante, due à l’obstination forcenée d’utiliser une graphie que le public cible ne connait pas, et n’apprendra pas, dans le contexte qui est le nôtre.
      Vincent l’a expliqué : le francophone de base n’est pas capable de mettre l’accent tonique ailleurs que sur le "a" final qu’il voit à l’écrit.
      Mais dans notre région, ceux qui ont l’accent régional sont capables de mettre l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe s’ils lisent un "e" à la fin du mot. Il faudrait jouer là-dessus à fond si on veut éviter des prononciations mutantes.

  • sans connaître la graphie, j’ai toujours prononcé "ougne", et toujours entendu comme ça autour de moi en Chalosse, donc "heste" ne devrait pas poser de problème ; mais c’est vrai que le voir écrit, quand on n’en a pas l’habitude, ça peut dérouter certains.

    Je ne connais (malheureusement) pas vraiment le gascon, mais j’utilise, et entendu utilisé, beaucoup de mots et expressions gasconnes (comme beaucoup je pense), en phonétique donc, et c’est vrai que de le lire c’est pas immédiat quand on ne connait pas l’écriture utilisée....

    Pour en revenir à cette journée Landes à Dax, je n’y serai pas cette année (j’y avais croisé rapidement Tédéric l’an passé), je n’ai que les 14 et 15 août pour y aller (1 jour pour la musique, et 1 jour avec mon fils) et je en sais pas encore si je vais y amener le drapeau de la Daune, c’est quand même "lourd" à gérer sur toute une journée de bringue !!!

  • "La hesta" ? Même pas foutus d’écrire hèsta, correctement avec son accent grave. Alors oui, "occitanistes crétins" est et demeure plus que jamais un pléonasme.

  • Et puis alors, quand on voit le programme de ce qui attrait au gascon et aux Gascons...toujours les mêmes couillonnades folkloriques et passéistes. Pauvre de nous !!

    • cher inconnu anonyme..a lieu de casser de l’occitan et te borner simplement à critiquer...bouge toi le cul et fait toi des choses grand donneur de leçons..
      le monde est fait de plein de gens comme toi, qui se bornent uniquement à critiquer et démolir, bref des gens insipides et je dirais même plus...sans couilles..
      l’anonymat trop facile.

  • il y a un peu le même problème à Tonneins, avec le festival Estivado. Les organisateurs ont voulu placer un mot gascon, mais il est prononcé par les jeunes Es-ti-va-dO . Avec un accent tres marqué sur le o, ce qui donne un mot à l’accent " espagnol-portugais" et donc lus du tout en lien avec le souhait des organisateurs, je suppose. Pour ma par, j’aurai écrit " estivade" ou "estiwade" je sais pas trop en fait.
    Mais honneur , tout de même aux gens qui ont pensé à mettre du gascon dans le nom du festival !

    Voir en ligne : http://www.estivado-tonneinquais.si...

    • C’est vraiment un gros problème !
      J’étais aujourd’hui à la journée landaise des fêtes de Dax (je vous invite vraiment à y aller chaque année si vous pouvez, et à aller cette année aux autres journées de la "hesta" - pas la hestÀ - qui dure jusqu’à jeudi).
      A l’"Adishatz’" de la journée, les présentateurs nous invitent à chanter "L’Encantada" (très bonne idée, bravo ! ce n’est pas la question), prononcé bien sûr "L’EncantadÀ" à tel point que la première fois, je n’ai même pas compris de quoi il s’agissait !
      Or le présentateur n’était pas ignare en gascon, puisqu’il avait dit quelques mots tout à fait correctement ("Adishatz ! A doman ! Que va har calor !"*).
      Et je pense que Marie Pendanx (sauf erreur sur le nom), qui est spécialiste des fêtes gasconnes ou landaises, et semble à l’origine de l’idée de faire chanter l’Encantada, et c’est elle qui a distribué le texte de la chanson dans l’assistance, n’est pas la dernière venue.
      Bon, si même ces gens là lisent mal "encantada" au point que le mot devient méconnaissable, un véritable OVNI, alors qu’ils le liraient fort bien s’il était écrit "encantade", imaginez ce qu’il en est pour le grand public !
      On me dit qu’il suffirait de former le public... Mais bon sang, depuis bientôt un siècle que la graphie alibertine est diffusée, on n’y est pas arrivé ! Quand on n’est pas assez fort pour modeler le public, il faut accepter de s’adapter à lui.

      *E vertat qu’am avut calorassa ! / bertat qu’am abut calourasse !

    • Trouver ce mot "Estivado" employé pour nommer une nouvelle fête sportive à Tonneins m’a bien fait plaisir (ça change des dénominations anglaises, genre "le Big Jump"), et cette "heste" a de plus été un succès, parait-il.

      Mais Julian décrit bien le problème, toujours le même, encore plus compliqué du fait qu’à Tonneins et dans plus de la moitié de la Gascogne, on prononce bien "o" à la fin, mais que la syllabe n’est pas accentuée, et qu’il est absolument impossible de le noter dans une graphie compréhensible d’emblée par une population qui a été à l’école francophone, même s’il elle connait le gascon.
      Je pense aussi qu’il vaut mieux désormais laisser tomber à l’écrit le "o" aussi bien que le "a", et mettre un "e". Donc "estivade" ou "estiwade". "estibade" pourrait aussi convenir en Tonneinquais, il me semble que Julian ou d’autres m’ont signalé qu’on disait "Bordonèbo" et non "Bordonèwo"...
      Je préférerais "estivade", qui est comme un compromis français-occitan. Le "v" sera prononcé à la française, mais le mot sera compris, parce qu’il ne sonne pas comme un OVNI, et qu’on connait (normalement) le mot "estivant" et même "estive" !




Un gran de sau ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Le drapeau de la Gascogne