- Vincent P.

Benauge Entre-deux-Mers

Langoiran

La Coustaude


C’est un lieu-dit qui semble assez récent, dans la mesure où il ne figure pas sur les cartes d’État-Major du XIXème siècle. La maison de "La Coustaude" est isolée dans la plaine de Garonne, et l’on ne voit qu’elle depuis le château médiéval de Langoiran.

Il doit s’agir de la maison d’une fille Coustaud, ou de la femme d’un dénommé Coustaud, Coustaud étant un patronyme que l’on trouve en Gironde, mais bizarrement plutôt dans des villes, à Bordeaux, Arcachon ou Castillon-la-Bataille.

L’on trouve à date ancienne des Coustaud en Bordelais, plutôt dans la basse vallée de la Dordogne, mais aussi en Entre-deux-Mers, à date moins ancienne, notamment autour de Ladaux.

On ne peut pas passer sous silence qu’il puisse d’agir d’un patronyme gavache, au sens large, dans la mesure où l’on trouve des Coustaud en Auvergne. Reste qu’il me semble tout de même plus probable d’imaginer qu’il s’agit là d’une variante orthographique française de ce qui est plus proprement en gascon Coustau, patronyme gascon fréquent.

L’on sait que via le moule français, la finale gasconne -au a pu être écrite -eau/aud/aut/ot, au gré des déformations qui sont sans conséquence en français, dans la mesure où ces finales sont homophones. Sur ce point, voir le lieu-dit de Saint-Morillon (33) : "Coustaut", "chemin du Coustaut".

Aussi, une famille Coustau locale aura vu son patronyme devenir Coustaud, sans aucune raison autre que les effets de mode. La maison "La Coustaude" étant récente, au moment de nommer le lieu-dit, par dérivation féminine, toute référence au terme gascon costau était perdue, il est même possible que les gasconophones locaux prononçaient [kus’tawt].

Loin du Bordelais, l’on retrouve la même formation "La Coustaude" dans l’Hérault, en Languedoc.


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document