Graves & Cernès

Podensac

- Vincent P.


 

Blanquina

Les toponymes avec -a final posent toujours problème au moment de déchiffrer la finale, encore que l’on peut être certain qu’il ne s’agit jamais d’un maintien à l’écrit d’une finale féminine, passée de toute façon très précocement à -e en Bordelais, dès les textes médiévaux.

Aussi, il paraît peu raisonnable d’y voir Blanquine, toponyme fréquent, resté dans un moule graphique ancien, qui plus est s’agissant d’un toponyme qui ne paraît que sur les cartes IGN les plus récentes. On pense évidemment à Grattequina, écrit "Gratte qui n’a" sur la carte du XIXème siècle.

Qui trouvera la clé ?


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document