Gascogne plutôt que Sud-Ouest !

Un tchic de tout

La grande Gascogne n’a pas d’existence administrative, et ne peut guère en avoir avant longtemps, parce que les régions administratives s’organisent autour de métropoles régionales.

Or, aucune des deux métropoles régionales Bordeaux et Toulouse ne rayonne sur tout l’espace gascon, et à l’inverse, les deux débordent largement (surtout Toulouse) de l’espace gascon.

Alors, la nouvelle Gascogne sera celle de la société civile, des initiatives privées et associatives !

Grans de sau

  • ’parrat’ venria de ’pardath’ (se ditz en quauque parçan ?) (cat. pardal), coma avèm mardan/marran, gavardera/gavarrera...

    http://ifc.dpz.es/recursos/publicaciones/04/71/03carrascal.pdf

  • Sur une carte météo... la carte des précipitations dessine mon pays.
    Quoi de plus étrange pour la météo que de suivre des limites politiques : il manque la moitié sud du dessin !
    Avec ce petit clin d’œil, je vous souhaite un bon après-midi... sous la pluie ou la neige !

  • Sur France Musique, à Toulouse ce vendredi, Alex Dutilh passe un disque de Bernard Lubat ,en gascon sur un thème de Dizzy Gillepsie, le Jazz vocal c’est très bien.
    http://www.francemusique.fr/jazz/chansons-enjazzees-42363

  • Je ne suis pas sûr que les gasconhautes aient tous repéré les contributions de J.L.Massoure à la question de la place du gascon dans l’ensemble occitano-roman (et de l’aquitano-roman) l’an passé .Je suggère de les lire dans
    domaine-gascon.wifeo.com/langue.php
    J.L.Massoure y établit de la façon la plus nette et la plus tranquille – rien de polémique là-dedans -la place du gascon comme langue distincte à côté du catalan et de l’occitan dans la même famille linguistique . A mes yeux cela règle la question sans conteste mais bien sûr pas celle de la manière dont ces langues sœurs minorées ou minoritaires ,comme on voudra,peuvent au mieux collaborer ensemble en unissant leurs faibles moyens. Cette question –là reste entière et …urgente !

  • Mai banhat hen au prat ( may bagnat hèn au prat) :mai arrosé,foin dans le pré ;
    Un arrepoer (provèrbi) qui ns torna , com sovent , au temps deus vielhs ritmes agraris de las societats d’auts còps : çò qui era important e d’esperar en mai n’era pas lo so e la calor entà mièlher aprofieitar deus numeros « ponts » d’aqueth mes , qu’era d’aver los camps plan adaigats entà donar bonas recòltas en julh .
    Qu’esperi aquera positiva perspectiva qu’ajudarà aus gasconhautes tà endurar la météò tristòta d’aquestes jorns !

  • Nuestro apellido proviene de Tardets-Sorholus.
    Cual es su toponimia ? Tengo entendido que está relacionado con el vocablo : marmis=mármol, o sea : Trabajadores del mármol o por extensión, de la piedra.
    Es ello correcto ?

    • J’extrais ce qui suit de la souillarde.
      Marmissolle, étant un nom basque, n’a pas été validé comme nom gascon, et n’était donc pas visible sur l’espace public de Gasconha.com.

      « D’après les recherches que j’ai faites, le nom Marmissolle existe comme nom de famille dans l’annuaire du téléphone dans la province basque de Soule-Zuberoa.
      L’IGN donne le lieu-dit Marmissolle à Tardets-Sorholus, également en Soule.
      Tederic

      Marmissolle : nom originaire du canton de Tardets et Saint-Jean-Pied-de-Port ensuite.
      Francisé à la revolution française, autrefois Arisola (traduction : cabane de pierre ; c’est du souletin, oui, Marmissolle est Basque).
      Auteur : Marmissolle »

  • Adiu Tederik,

    Juste un petit lien pour les Landes :

    landesdegascogne.blogspot.fr

    Amistats !

    Gaztun

  • bonjour
    quand j’étais petite, un voisin chantait une chanson dont j’aimerais retrouver les paroles.
    Je me rappelle seulement qu’elle commençait par "de boun matin me levo" (pardon pour l’orthographe) et revenait souvent "i coco la troulala".
    Si vous la connaissez ça me ferait très plaisir de vous lire.

  • Je me pose une question qui peut-être n’a pas lieu d’être, mais qui me titille.

    J’avais cru remarquer que les noms de famille gascons (à partir des noms de mes ancêtres) étaient bien souvent des noms de maison, ou de lieux ; et que ceux-ci étaient des noms descriptifs.
    Par exemple Labaigt désignait des gens provenant d’un lieu ou d’une maison situés en contre-bas ; Suscosse des gens provenant d’une maison où il y avait des roseaux etc...
    Parfois aussi des prénoms mais qui bien souvent renvoyaient aussi à une maison nommée du prénom d’un de ses premiers occupants Guilhemjouan etc...
    C’est d’ailleurs réciproque aussi : une maison peut finir par prendre le nom d’un occupant ainsi dans le quartier de Nadon à Larbey un membre d’une famille Blaise "essaime" une nouvelle maison (il est le gendre) et la maison finit par s’appeler le "Blazy de Nadon".
    A mon avis ou plutôt selon mon expérience personnelle, nécessairement limitée, il n’y a presque jamais de nom de famille surnom du type "le gros", " le petit" ou sinon cela fait référence à une maison et sa situation : Dartiguelongue, Arrieusec, etc..

    Bon, ma question est : qui donne le nom à l’autre ? La maison ou l’homme ?
    Selon les cas est-ce qu’on peut repérer des époques où les noms de l’une ou des autres se sont fixés ?


Pour envoyer quelque chose à Gasconha.com sans passer par l' Espace privé...
Se connecter est facultatif mais utile.
modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Enregistrement

Vous inscrire sur ce site

Une fois enregistré (une fois pour toutes), vous pourrez vous connecter à l'Espace privé du site, ou Souillarde, pour proposer des lòcs, des ligams, des banèras, des articles..., leur associer des documents, etc.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.