Un tchic de tout

Brèves & ligams

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 85 | Tout afficher

Grans de sau

  • Sur une carte météo... la carte des précipitations dessine mon pays.
    Quoi de plus étrange pour la météo que de suivre des limites politiques : il manque la moitié sud du dessin !
    Avec ce petit clin d’œil, je vous souhaite un bon après-midi... sous la pluie ou la neige !

  • Adiu Tederik,

    Juste un petit lien pour les Landes :

    landesdegascogne.blogspot.fr

    Amistats !

    Gaztun

  • Bonjour, J’aimerais en savoir plus sur votre région, quels sont les endroits à privilégier ?

    fr.wikipedia.org/wiki/Gascogne

  • Tout est beau chez elle, il n’y a rien à jeter,etc... comme dit la chanson !

  • Bonjour, serait il possible de me traduire une phrase en gascon ?

  • Adishatz, que dau ací junt un extrèit deu jornau l’Express :

    "Les amoureux des langues régionales mécontents

    Cette tactique, évidemment, a un gros défaut. En bloquant le texte, les sénateurs de droite mécontentent les amoureux des langues régionales, qui se recrutent aussi dans leur camp. On souhaite notamment bien du plaisir à des élus comme Jean-Pierre Grand (Hérault), Pierre Médevielle (Haute-Garonne), René Danesi et Catherine Troendlé (Haut-Rhin), Fabienne Keller (Bas-Rhin) ou Michel Vaspart (Côte d’Armor). Elus dans des régions où l’attachement à la langue historique est encore fort, ils risquent d’avoir bien du mal à expliquer leur vote. Et ce n’est pas le dépôt, dans le même temps, d’une proposition de loi bâclée visant à "promouvoir les langues régionales" qui modifiera la donne.

    Voilà comment le Sénat, autoproclamé "chambre des territoires", a fini par s’opposer à une charte qui cherche à défendre les langues parlées historiquement sur nos territoires. Une contradiction de plus."

    Que constati l’aire de Paris qu’a acomanat lo jacobinisme au noste senator locau.

    Aquesta vòte deu senat qu’ei lo rebat de la prauba situacion ideologica deu noste país. França, de mes en mes hredolida, que demòra engorgada en ideologias passadistas airetadas de la 3au republica e deu colonialisma.

    Miaça de l’unitat nacionau, arreplec comunautari, tornar tà l’èra medievau, pòrta auberta a l’enrasigament de l’arabe en noste país... Tots los arguments costumèrs e provassuts que son estats segotits com espavents entà hòragetar aquesta carta de las lengas minoritàrias. E aquò mercés a la dreta majoritària au senat, mes tanben a l’esquerra sosmaca qui a suenhosament previst de tratar aqueste subjècte solament adara. Perqué n’at a pas volut hèr quan avèva la majoritat au senat, au començar deu mandat de HOLLANDE ? Mistèri politician...
    Uei qu’afirmi aquerò : que soi percebut com un Francés de seconda zòna. Lo mié nom de familha qu’ei gascon, la mia maison soca qu’a tanben un nom gascon et que parli aquesta lenga correntament. Que devi doncas concludir, qu’au semblar d’aqueste brabe monde elegit, que soi lo piròc (lo gèrme) d’ua calamitat qui pòt miar a la disparida de França.

    1° Comunautarisme : uei lo dia, los defensors de las lengas minoritàrias, gessits per la màger part de la classa mejana cultivada, e’s vòlen extréger deu monde globalisat e víver sonque dab gent deus loés clans etnics ? Que m’estoneré hòrt ; lo multilingüisme qu’aubrèish meslèu l’esperit.
    2° Separatisme : regions de qui an embejas d’independéncia e atenen pacientament la carta de las lengas regionaus avant de mautar ? A maugrat deu sué jacobisme exarcerbat França n’ei pas estada eishenja de moviments separatistes... Ne cau pas mesclar nèciament la diversitat linguistica e lo separatisme. Quau que sia, n’i aurà pas james un país per cada entitat linguistica.
    3° Concurréncia de l’arabe sus francés en las ciutats ? La carta de la lengas minoritàrias non balha pas drets a la lengas d’importacion. Alavetz, perqué segotir aqueste espaurugalh ? A despart deu subjècte, au lòc de crànher com garias espauridas los locutors arabes de nosta, perque ne pas vése’us com ua oportunitat entà enhortir ligams economics dab lo Magreb ?
    4° Tot lo monde qu’a la possibilitat d’aprénguer ua lenga de França. E cau anar mes lonh ? Que pensi que tiò. Sense estatut oficiau hòrt e protector, ua lenga minoritària non pòt pas subervíver en un monde on la ruralitat n’existeish pas mes, on la populacion ei mesclada, on l’esphèra familiau ei esbrigalhada.

    França que travèrsa ua gran crisi identitària pramor que s’arrapa a brancas querradas dempuish longtemps. Que se’n va temps de hèr lo doù deu centralisme parisenc, de l’esperit colonialista deu segle XIXau. Lo monde qu’ei en plea mutacion, e no’ns va pas esperar. Ideologicament qu’èm endarrerats, e las nostas pòurs que son sovent caricaturaus. La pòur de las lengas de França que’m hèr pensar a las istòrias de lops deus nostes ajòus.
    Capvath la reflexion sus la carta de las lengas minoritàrias, los politicians qu’an perpetuat ua vision hèra estreta de la nosta republica. Bèth dia, que calerà totun que’s pausan aunestament ua question essenciau : e son vertadèrament lo votz deu pòble francés o los instrumentistas d’un sistèma ermetic sense ligam dab los ciutadans deu noste país (dens la loa diversitat) ? Quantas personas e’s senteishen uei lo dia ua fervor entà sosténguer un partit politic ? Ça’m-par chic de monde. N’ei pas estonable quan vesem quin son tratadas questions com aquesta. E sustot quan comprenguem l’essenciau deus programas de la dreta e de l’esquèrra tradicionaus qu’ei de mobilisar sonque tà hèr empach au front nacionau.

    Un còp de mes, que devem constatar que ne cau pas aténer gran causa de las institucions nacionaus esclerosadas tà çò qui pertòca la nosta cultura. Alavètz hèm còrda au noste nivèu, sostenguem lo monde associatiu de qui defen la nosta causa, en hèr abstraccion deus clivatges politics airetats deu passat.

  • Atterré , sidéré , par tant de brutalité et de barbarie . Tout ses innocents qui ont perdue la vie dans des circonstances affreuses.... De tout coeur avec les victimes et leurs familles . Et contre ces infâmes bourreaux ...

  • Oui nous avons tous été très touchés par ces horribles tueries du soir et de la nuit de vendredi . Tous ces derniers jours cela m’a fait penser aux précédents historiques où toute une population était terrorisée,privée de capacité de réaction immédiate devant des attaques violentes, répétées et programmées visant à ruiner un pays et de s’en emparer .
    Un cas très ancien ayant fortement affecté nos régions gasconnes est celui des « invasions normandes « de nos vieux manuels d’Histoire entre 844 et 982 .Entre ces deux dates, destructions et massacres systématiques ont ruiné la Gascogne et d’autres territoires relevant plus ou moins directement du royaume des Francs au point que les institutions disparurent pendant de longues décennies :du terrorisme massif avant la lettre .
    Entre 848 qui vit la destruction de Bordeaux (« les Danois l’incendièrent et massacrèrent sa population » écrit l’historien Prudence) et 982 (bataille de Taller qui vit le duc de Gascogne Guilhem Sanxe vaincre militairement les Normands de nos régions et la mort de leur chef Harald) ,s’étale plus d’un siècle de silence radio , si l’on peut dire . Ce ne fut par exemple qu’en 977 ,début du reflux de la vague,que furent rétablis les évêchés de Bordeaux et de Bazas(ce dernier par Gombaud, frère de Guilhem Sanche, devenu évêque de toute la Gascogne occidentale jusqu’à Bayonne) après une disparition vraisemblable pour près d’un siècle ; cette date marque d’ailleurs aussi le rattachement du comté de Bordeaux renaissant à la Gascogne .A noter que le fameux traité de Saint-Clair sur Epte en 911 entre le roi carolingien Charles III et Rollon avait antérieurement réglé la question pour le nord du royaume mais le sud-ouest de celui-ci avait continué à souffrir .
    Difficile certes de comparer des évènements si distants les uns des autres .Toutefois la leçon est peut-être que ce genre d’épreuve très lourde peut durer très longtemps mais qu’on en sort toujours. Mais espérons que ce sera beaucoup, beaucoup moins long cette fois et que l’épreuve sera plus limitée .

  • Rien de commun entre ces situations historiques passées et la situation actuelle, ni sociologiquement, ni humainement, ni historiquement. Ni les mêmes conséquences.
    Toutes les conditions sont réunies pour que ça se répète. Quant à en sortir...

    Parmi les victimes, Alban Denuit, de Marmande, maître de conf (arts plastiques) à Bordeaux-Montaigne. Et quelques "provinciaux" venus travailler ou se distraire à Paris, une ville qui s’éteint.

  • Adishatz,

    E i a gènts qu’espian Oc Tele e le soa emission lo D’òc Show ? Çò que’n pénsatz ?
    Que serí hòrt critic sus çò que dit Isaure Gratacos...

    http://www.octele.com/video-oc/doc-show.html

  • Ah tiens oui, vu cette émission, et la partie avec Mme Gratacos notamment. M’intéresse. Sujet rarement (jamais ?) abordé dans un média audiovisuel. Dans ce qu’elle a dit, qu’est-ce qui vous chépique ?

  • Adixatz ,
    Qu’ei vist l’emission (merces a Renaud,non conexeivi pas aquera TV d’òc).Lo paper introductiu que’m sembla l’arrebat e la consequencia de l’aliança politica formada per l’occitanisme politic e oficiau dab los "Verds" e quaques grops vesins, mantun emprenhat d’un femenisme dogmatic e radicau .Lo devis de dauna Gratacos ( quin nom ,que’m prutz dejà !) qu’es totaument confòrme a çò qui’s podeva esperar : politicament iper-correcte dab un discret perhum annadas 70 deu segle passat . Aquò dit, tot n’es pas d’arrefusar hens çò que ditz , era e las autas ,un chic tròp sistematic totun,plan segur ...

  • Et bien... Pratiquant le même "métier" qu’elle, sur les mêmes zones, à 30 voir 40 ans d’intervalle, j’ai des doutes, non pas sur la véracité de ses propos, mais surtout sur ses interprétations...
    On sait, par des études dans les archives, dans les procès-verbaux, que l’aînesse absolue n’était ni synonyme de sinécure pour la femme, ni quelque chose de bien accepté dans les communautés montagnardes.
    On sait aussi que le système soit disant "égalitaire" des sindics n’étaient accessibles qu’aux notables des villages, pas aux "laboureurs" par exemple.
    Elle dit que c’est un système unique dans "la civilisation indo-européenne"... Or, elle n’a pas fait d’études poussées comparatives, se contentant juste de dire "c’est unique" et c’est comme ça.
    Le concept même de "civilisation indo-européenne" est très critiqué et ne semble au final n’être qu’un critère linguistique. De plus, s’il était digne de confiance, le territoire en question est un tout petit peu grand pour affirmer avec aplomb que la femme était l’égale de l’homme dans la société "vasconne", juste parce qu’une mamie lui a dit un jour "je suis chez moi"...
    D’un point de vue personnel, j’ai compris que la mémoire d’un peuple s’efface mais que des bribes restent toujours. La preuve : les histoires de fées. Il est très bien possible d’avoir 2 voisines de 90 ans, l’une connaissant le mot "hada" et ayant une histoire à raconter dessus et l’autre, ayant toujours vécu ici et pratiquant la langue tous les jours, ignorant tout du sujet jusqu’à l’existence-même du mot... Ces histoires-là, très lointaines, ont été collectées par Gratacos et je l’ai ai recueillies des dizaines d’années après. Toutefois, la question de l’ainesse absolue et du pouvoir des femmes dû à leur situation de "maître de maison" n’amène que très, très rarement des réponses comme on en trouve dans les témoignages de Gratacos... Pourquoi les fées ont-elles encore une existence dans la mémoire collective (ben que rare) et pas les femmes "cap de casa" ?? Je me le demande... J’avancerais l’hypothèse qu’elle a un tout petit peu exagéré...

    De plus, son livre "Femmes Pyrénéennes" est un véritable défouloir d’interprétations, d’hypothèse lancées à la va-vite, de fantaisies, quoi... Un exemple, les histoires de fées qu’elle a collectées lui semblent être la preuve absolue de son cheval de bataille "l’ainesse absolue" et "la femme libre". Car elles seraient, selon elles, des symboles d’une cosmogonie féminine vasconne qui viendrait de la terre et non pas du ciel. Elle les appelle sans rire des "divinités"... Elle voit en la figure des Saints que l’on trempent dans l’eau, des curés qui font reculer les orages, des preuves d’une particularité vasconne : le christianisme n’a pu éradiquer la vieille religion païenne des vascons.

    Or... Tout d’abord, une divinité est une entité à laquelle on rend un culte. On n’a jamais rendu de culte aux fées. C’est une entité surnaturelle au même titre que la sorcière, par exemple.
    Mais surtout, comme dirait Martin Luther-King : j’ai lu un livre (ah non, ce n’est pas ça). "Patrimoine narratif de la Savoie" par Charles Joisten que Isaure Gratacos n’a manifestement pas lu... Les histoires de fées qu’elle a collectées, les Saints trempés dans l’eau, les curés-sorciers... tout y est. Jusqu’à des histoires que j’ai moi-même enregistrées qui me paraissaient complètement inédites... Ils avaient exactement les mêmes histoires surnaturelles que dans les Pyrénées Gasconnes et Vasconnes... Et les femmes, dans le livre de Charles Joisten, partent aussi seules en montagne pendant une semaine, partent aussi colportrices à l’autre bout de la France...

    De ce fait, le discours d’Isaure Gratacos est pour moi un discours complètement régionaliste. Elle parle très bien mais ne se base que sur des enquêtes orales, ce qui est trop peu (et je sais de quoi je parle) en tirant des conclusions très hatives... Elle écrit très bien, aussi. Mais, la comparaison des 2 livres, celui de Gratacos et de Joisten est assez cruelle sur la différence de méthode. Notre savoyard ne donne que les histoires, classées entre elles, avec des références internationales des récits (ce qui veut dire que cela dépasse largement la Savoie... et les Pyrénées), c’est un véritable travail ethnographique. Isaure Gratacos rédige son livre, on arrive avec elle voir telle vieille femme, on la trouve attachante, il n’y a que de courtes citations du discours et énormément d’interprétation, de raccourcis. Bref, c’est totalement subjectif... Il y a donc un travail scientifique (Joisten) et un travail fantaisiste de vulgarisation...

    Bon, voilà, vous m’avez demandé, je vous réponds !

    En lien, un compte-rendu de son livre avec lequel je ne saurais être plus d’accord.

    http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1989_num_44_2_283599_t1_0424_0000_003

  • "défouloir d’interprétations" : hélas, combien de travaux intéressants sont gâtés par les fantasmes des auteurs !

    N. B. Place des femmes : E. Benvensite, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, éd de Minuit, 1968, ou G. Dumézil, Mariages indo-européens à Rome, Paris, octobre 1988 ; et Uwe Wesel, Der Mythos vom Matriarchat, Suhrkamp Verlag, 1999, pour nous en tenir à trois classiques accessibles.
    Mais faut-il aller chercher si loin pour décrire des faits communs à toute l’Europe ("ancienne" jusque dans les années 1950) ?

  • Vasconia => Wasconia => Gasconha = Euskal Herria

    JPEG - 229.6 ko

Pour envoyer quelque chose à Gasconha.com sans passer par l' Espace privé...
Se connecter est facultatif mais utile.
modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Enregistrement

Vous inscrire sur ce site

Une fois enregistré (une fois pour toutes), vous pourrez vous connecter à l'Espace privé du site, ou Souillarde, pour proposer des lòcs, des ligams, des banèras, des articles..., leur associer des documents, etc.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

La grande Gascogne n’a pas d’existence administrative, et ne peut guère en avoir avant longtemps, parce que les régions administratives s’organisent autour de métropoles régionales.

Or, aucune des deux métropoles régionales Bordeaux et Toulouse ne rayonne sur tout l’espace gascon, et à l’inverse, les deux débordent largement (surtout Toulouse) de l’espace gascon.

Alors, la nouvelle Gascogne sera celle de la société civile, des initiatives privées et associatives !

Gascogne plutôt que Sud-Ouest !


 



 

 

Un tchic de tout