Pey Berland défenseur de l’autonomie de Bordeaux Réinjection d’un ancien "articlet" dans Gasconha.com NAVETH

- Tederic Merger

Natif d’Avensan, dans les Landes médoquines, d’une famille de bergers (semble-t-il), Pey Berland ("Pey" veut dire "Pierre" en gascon) est devenu archevêque de Bordeaux en 1430.

Il semble qu’il a laissé longtemps au peuple de Bordeaux un souvenir fort, comme défenseur des pauvres et du peuple bordelais en général, dans un contexte de guerre.

Il se sentait aquitain (guyennais), ou gascon, et pas anglais ni français,
et a défendu contre l’armée du roi de France la liberté de la Guyenne (Aquitaine) anglo-gasconne.

Hélas, le roi de France a gagné la bataille de Castillon.

Alors a commencé la période française de Bordeaux, qui dure encore...

L’auteur de cette page s’est appuyé sur les informations qu’il a trouvé sur la page consacrée à Pey Berland sur le site de l’Eglise gallicane  ; il n’a pas d’autre lien que Pey Berland avec cette Eglise, dont il ignore presque tout.


 

Grans de sau

  • Tot a fèit ! E dens un ancian Cubeek, jornau gratuit bordalés, trobèri un article que m’ahurbit, dont cresi que parlèri dens Lo Sarmonèir (n° 5 ??) Lo jornaliste que confondèva tot presentèva Pèir Berland coma un collabò e s’indignèva qu’i aujussi una plaça Jean Moulin a costat de la plaça Pèir Berland.

  • A l’Assemblade médoquine 2019 à Saint Laurent, un panneau historique de bon aloi, portant un texte de Christian Coulon, qui défend avec brio la vérité historique contre le roman national français qui gomme la conquête française de la Guyenne anglo-gasconne...
    Citation : « Humilié par les conquistadors français il fut contraint de démissionner de sa charge épiscopale et se retira dans le collège Saint Raphaël qu’il avait fondé en 1443 pour former des jeunes gens, notamment médoquins, à la prêtrise. Il y mourut le 17 janvier 1458. »

    JPEG - 313.6 ko
    La Chapelle de Pey Berland, le dernier évêque gascon
    Panneau historique de Christian Coulon à l’Assemblade médoquine de Saint Laurent (2019).

    Le texte du panneau historique de la Chapelle Saint Raphaël à Avensan n’est pas, hélas, si courageux. (Avensan)
    La Chapelle Saint Raphaël

    La figure de notre Pey Berland continue à titiller le nationalisme français en ce 21e siècle, au point qu’à Bordeaux, c’est son prénom gascon (Pey) qui a été mystérieusement (par une initiative émanant forcément d’un décideur bordelais, non identifié à ce jour) remplacé par "Pierre" (donc "Pierre Berland" !) sur la plaque commémorative qui figure, en son honneur, sur la place Pey Berland, entre la cathédrale et l’entrée de la Mairie de Bordeaux. Photo souhaitable...


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs