Notre région, c’est la Gascogne !

Vue sur les Pyrénées. Des preuves ?

lundi 22 octobre 2007, par Vincent P.

La vue sur les Pyrénées est un classique de la Gascogne.
La chaîne des Pyrénées depuis Biscarrosse

Que ce soit les montagnes basques sur la côte landaise ou les pics ariégeois de Toulouse, on les aperçoit, par temps clair, dans une grande part de la Gascogne non-montagnarde.
J’aimerais savoir jusqu’où au Nord il est possible de les voir :
Mauriac à Malagar comme Pierre de Lancre à Ste Croix du Mont parlaient de les avoir vues, ce que confirment les offices du tourisme.
Existe-t’il d’autres témoignages, et si possible un témoignage photographique ?



Grans de sau

  • Au Pech de Bère, au dessus du confluent du Lot et de la Garonne, la table d’orientation indique qu’on peut voir les Pyrénées par temps clair.
    A Montagnac sur Auvignon, entre Nérac et Agen, un ami m’a également indiqué qu’on voyait parfois très distinctement le Pic du Midi, mais en attribuant quand même la vision à un phénomène physique un peu semblable à celui des mirages...
    A Tonneins, une source touristique dit qu’on peut apercevoir les Pyrénées par temps clair depuis le belvédère sur Garonne... je suis un peu sceptique.

  • De Verdelais, on en verrait les premiers contreforts (qu’appellent-ils les contreforts ?).
    Histoire et patrimoine de Verdelais

    Un tel mirage aurait dû fasciner, tout comme le Canigou vu de Marseille, le Mont Blanc vu du Ballon d’Alsace ou la Corse vue de Nice.
    Personnellement, par temps exceptionnel, j’ai commencé à voir les Pyrénées peu après Roquefort-de-Marsan, sur la nationale donc à rien en altitude.
    En automne évidemment, la plus belle saison gasconne.

  • Depuis la Capitayne à Ayet, on les voit très bien par temps clair.

    Réponse de Gasconha.com :
    (Ayet est un village qui fait partie de Tonneins, en bas des collines dont le Pech de Bère est la dernière)

  • Je suppose qu’une photo ne rendra pas.

  • Yves Pélerin, ancien tonneinquais, confirme qu’on voit les Pyrénées depuis les collines de Tonneins et Nicole, et aussi depuis la "place du Château" à Tonneins (le belvédère du centre).
    Selon lui, il faut que le ciel soit clair sur les Pyrénées et couvert à Tonneins (nouvelle exigence qui complique encore un peu la chose...) ; octobre serait un bon mois.

  • En tout cas de Beaulac (commune de Bernos-Beaulac), sur la route de Bordeaux.
    Temps exceptionnel sur les Pyrénées, nuageux sur les Landes.
    Désolé pour la mauvaise qualité de la photo.
    On reconnaît bien le Pic du Midi d’Ossau.

    Réponse de Gasconha.com :
    C’est fou comme on voit bien, compte tenu de la distance !

  • Bonjour,

    J’ai personnellement vu les montagnes basques à 4 reprises depuis la plage de Mimizan (Larrun et en allant vers la Biscaye).
    C’est très net et assez spectaculaire, Larrun est à 104 km à vol d’oiseau de Mimizan-Plage.
    On les voit assez régulièrement jusqu’au sud de la commune de Biscarrosse (15 km au nord de Mimizan-Plage) à l’intérieur du C.E.L.
    Depuis Biscarrosse-Plage, je ne les ai jamais vues, et j’y suis depuis 43 ans !
    Des chasseurs de palombe au pylone m’ont affirmé avoir vu la chaîne depuis leur palombière (donc en octobre) au centre-ouest et au nord de la commune.
    Je ne peux pas le vérifier.
    En tout cas, Biscarrosse est exactement à la lattitude de Bernos-Beaulac.

    Réponse de Gasconha.com :
    Les Pyrénées basques sont plus basses que les Pyrénées gasconnes. Donc, si on voit les premières à 104 km de distance, on doit voir les secondes de plus loin, sauf qu’il peut y avoir des obstacles entre...

  • Dans mes lubies, je m’imagine de grandes tours métalliques et élégantes qui serviraient de belvédères aux endroits clés de la Gascogne.
    Plus sérieusement, ce même jour, on ne voyait pas les Pyrénées de Sainte-Croix-du-Mont, pourtant quelques kilomètres plus au Nord et bien en hauteur.
    Je pense que de la tour du château de Tastes, quelques jours par an, ce doit être possible néanmoins, à condition également de tailler quelques arbres (ce serait également pas mal à Pau que l’on songeât à tailler ces platanes qui n’ont même pas le mérite de cacher le nouveau CG, une sorte de Mériadeck palois dans sa brutalité).

    En Béarn, on voyait terriblement bien les Pyrénées ce matin, et ce mirage bleu n’a pas quitté mon rétroviseur jusqu’aux environs de Bazas.

    Réponse de Gasconha.com :
    Il y a sans doute déjà assez de "belvédères" naturels ou construits.
    Mais c’est vrai que les personnes sensibles au paysage peuvent souhaiter qu’ici et là des arbres mal placés soient coupés...
    Lubies d’esthètes ? Dans certains cas, ce sont des arbres qui rapportent (peupliers...).

    A Pau, il y a sans doute quelque chose à faire !-) Souhaitons que des personnes bien placées lisent ces grans de sau !


  • Mon grand-père m’a raconté à plusieurs reprises qu’il avait vu les Pyrénées depuis Biscarrosse (avant le CEL) et une fois depuis Liposthey (il y a surement 50 ou 60 ans de ça).
    Mon grand oncle, lui, les a vu un jour depuis Sabres.

  • Sur les hauteurs de Bouglon, à une quinzaine de km au sud de Marmande, on peut voir parfaitement la chaîne des Pyrénées par beau temps.
    Apercevoir les montagnes enneigées de si loin au nord est un spectacle étonnant mais plutôt fugace, du moins d’après ce que j’ai pu constater il y a une quarantaine d’années alors que nous procédions à l’arpentage et au bornage d’une propriété sur ces hauteurs, un collègue et moi.

  • Mon père (1918-2000) m’a souvent raconté qu’il les avait vues plusieurs fois, depuis Malagar ou le sommet de la côte de l’Ardilla, qui surplombe St Macaire.
    Il affirmait que les meilleurs conditions atmosphériques pour ça étaient le lendemain d’un jour de pluie.

  • C’est un grand mythe de la Gascogne et c’est magnifique !
    Je pense que pour les Gascons que nous sommes, les Pyrénées représentent le pilier tutellaire, le symbole de la Gascogne, et pour être vraiment en Gascogne, on se doit de pouvoir les voir depuis le seuil de sa porte !
    Je trouve, sans mentir, cette quête du regard d’une infinie poésie, beauté et noblesse.
    Nous sommes des enfants qui cherchons nos parents à travers la plaine, messieurs !
    Pour la photo prise depuis Beaulac, j’avoue être surpris, pour ne pas dire sceptique.
    Sont-ce bien les Pyrénées ? Si hautes ? Je croyais qu’on n’apercevait qu’à peine une vague dentelle sur l’horizon.
    Ou bien c’est un phénomène de mirage (réflexion de l’ombre sur les nuages situés derrière les montagnes) rarissime. Dans ce cas, ce ne sont pas les Pyrénées que l’on voit, mais leur ombre.

  • Pour répondre "géographiquement", je pense que le point le plus septentrionnal d’où il soit envisageable de les voir doit être constitué par les hauteurs qui bordent au N la vallée de la Garonne, le rebord du plateau calcaire de l’Entre-Deux-Mers.
    Parce qu’au sud de la Garonne, à quelques exceptions près, c’est un pays sans escarpements d’importance qui s’étend jusqu’aux Pyrénées.

  • Je les ai déjà vues depuis Villeneuve de Marsan, on distinguait le pic du midi de Bigorre, certains me disent que le Pic du Midi d’Ossau a été vu depuis Ste Croix du Mont !

  • J’aime bien, vous entendre et vous lire ... David !
    d’un coté, la musique de l’entre-deux-mers... avec ce presque imperceptible bruissement des feuilles de vigne au couchant.. ! et vous lire aussi.et.me souvenir.. et sentir à nouveau.. l’odeur de la terre mouillée.. celle d’aprés l’orage....et des foins coupés....! la montagne n’est pas loin.. !c’est vrai !
    cordialement

  • Bonjour, Hier quelle surprise ! Alors que nous marchions sur le haut de la côte de Sarpout à Bernos et malgré le temps nuageux, nous avons aperçu distinctement les Pyrénées. ( Repère sur la photo, au dessus de la surélévation de la maison).
    Il était 16H50 et nous avons assisté au double spectacle, de la vue des montagnes et du retour de milliers de palombes qui venaient passer la nuit dans la vallée du ciron vers le moulin de Labarie. Bonne année à tous.

  • les Pyrénées ont été vues depuis les hauteurs au dessus de Langoiran (gironde- pic du midi d’osseau et montagnes de gourette) ainsi que de Bernos-Baulac, je les ai vu très nettement depuis saint gein dans les landes, on les voit très nettement depuis la sortie de l’autoroute eurocentre, à Castelnaud d’estretefond et on voit aussi très nettement, par beau temps, les trois couronnes depuis Magescq (aire de l’autoroute)

  • Et l’inverse ? Je me rappelle vaguement avoir lu il y a longtemps un témoignage d’un pyrénéen(peut-être bien côté basque) affirmant avoir vu par temps très favorable ... la flèche de la basilique Saint-Michel à Bordeaux.Bien sûr je ne peux pas affirmer que l’homme en question n’avait pas bu ce jour là.Qu’en disetz ?

  • Une personne originaire de Baurech m’a indiqué que son père, depuis le grenier de sa maison sur les coteaux, avait aperçu les Pyrénées une fois. Baurech se trouve au nord de Langoiran, et constitue probablement le point le plus septentrional d’où il est possible d’observer ce phénomène.

    Quant à l’inverse, Bordeaux depuis les Pyrénées, cela me semble absolument impossible, a vu de la faible hauteur de la flèche en question, que l’on ne voit pas même plus depuis les coteaux de l’Entre-Deux-Mers, dès que l’on s’éloigne de la banlieue bordelaise.

  • Bonjour a tous. Point d’observation d’ou l’on voit les pyrenees. Labastide du haut mont (lot) . Plomb du cantal (15). Tournon d’agenais (47). Dunes du pylas (33)

  • Les Pyrénées depuis la Dune :

    https://www.sudouest.fr/2018/11/29/arret-sur-image-les-pyrenees-vues-depuis-la-dune-du-pilat-5610185-4955.php

    Le générateur de panorama nous indique que l’on voit donc, sur la photo, l’Ossau, le Pic de Sesques et plus à droite, comme une pyramide, la Peña Collarada.

  • Bonsoir Vincent,

    Toi aussi tu es à l’affût...

    Une preuve supplémentaire mais il y a des incrédules. Je leur ai répondu sur Sud-Ouest, avec un peu d’ironie. Un collègue du collège, qui pilote à l’aérodrome de Villemarie (La teste), volait mercredi en fin de journée et m’a dit, avant que j’ai vu l’article de Sud-Ouest, qu’il les avait contemplées comme jamais, avec une rare netteté, à très basse altitude.

  • Elle a aussi été publiée sur Info Bassin, l’auteur est Joel Confoulan que j’avais rencontré il y quelques années. Il y a aussi celle faite en mars par Clément Viala et qui est encore plus belle, à mon sens.

  • L’original trouvé sur la page Facebook de Clément Viala.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document